Les allergies alimentaires au boulot : on en parle ?

 

Dans de nombreuses entreprises, le déjeuner du midi est un rituel. Les salariés se rejoignent pour déjeuner et passer un moment convivial. Toutefois, pour les personnes allergiques, ces instants d’harmonie et de cohésion peuvent se transformer en cauchemar. Nous allons dans cet article tenter de décortiquer quelques cas de figures et donner des conseils aux personnes concernées et aux employeurs souhaitant se pencher sur le sujet.

 

Il y a une cantine dans mon entreprise.

 

La restauration d’entreprise est concentrée par quelques acteurs très renommés : Elior, Sodexo et Eurest. Ces entreprises de restauration collective sont soumises à la réglementation européenne INCO qui impose d’indiquer la liste des 14 allergènes à déclaration obligatoire présents dans les plats et produits. Ainsi, cette réglementation facilite le quotidien des allergiques sur leurs lieux de travail.

 

Toutefois, il est aussi nécessaire de faire un travail de terrain : il ne faut pas hésiter à contacter la société de restauration pour notifier ses allergies et à se présenter et se faire connaitre. Ainsi, vous pourrez également aborder le sujet des contaminations croisées en demandant une attention particulière. La communication est toujours la meilleure solution. Et surtout, il est nécessaire de ne pas se laisser influencer par le regard de collègues « L’enfer c’est les autres » disait notre cher Sartre.

 

 

Il n’y a pas de cantine dans mon entreprise.

 

C’est beaucoup plus simple. Préparer son plat la veille chez soi est le meilleur protecteur face aux allergies alimentaires. Sinon, vous avez toujours le choix de vous rendre au restaurant. Pour cela, nous avons également rédigé un article juste ici.

 

Ce que peuvent faire les employeurs

 

Un employeur a toujours intérêt à être inclusif. Ainsi, une façon d’être inclusif et attentif aux allergies alimentaires est de demander aux employés s’ils ont des allergies alimentaires graves et, le cas échéant leur demander s’il peut faire quelque chose pour rendre l’environnement plus sûr et agréable. Typiquement, un employeur peut très bien demander à son entreprise de ne pas consommer des cacahuètes dans certains espaces communs, en cas d’allergies d’un des collaborateurs. La dose réactogène des cacahuètes est extrêmement basse ce qui rend les allergiques particulièrement vulnérables.

 

Un employeur peut également organiser un séminaire avec un nutritionniste ou un expert de santé afin d’informer sur le sujet.

 

Ce que peut faire la personne allergique

 

Avec l’expérience (surtout si l’allergie date de l’enfance), il devient de plus en plus facile de gérer son allergie alimentaire. Toutefois, il est préférable de prévenir sonemployeur et ses collègues lors de l’arrivée dans l’entreprise.

 

Il est aussi recommandé d’indiquer comment s’utilise les auto-injecteurs d’adrénaline à vos collègues.

 

 

 


READ EAT

Afficher les boutons
Masquer les boutons