Interview : Cécile Gleize, fondatrice de Because Gus

 

Nous avons rencontré Cécile Gleize, la fondatrice de Because Gus, le média du sans gluten. Dans cette interview pétillante et passionnante, découvrez l’histoire de Because Gus et les motivations de Cécile.

 

 

 

Quel est ton parcours et comment a commencé l’histoire de Because Gus ?

 

Depuis l’enfance, j’ai des problèmes de digestion. Je m’interdisais beaucoup de choses et cela m’a beaucoup handicapé socialement. On m’a toujours dit que le pain se digérait mal mais j’étais loin d’imaginer que cela pouvait être aussi les pâtes, les biscuits… Je n’avais pas fait le lien : je me disais juste que j’avais une digestion difficile.

 

En plus de cela, j’ai eu des problèmes de remontées acides. J’ai entendu parler du sans gluten et le gastroentérologue qui me suivait m’a dit « Essayez et vous verrez ». Quelques jours après l’arrêt, je n’ai plus du tout de problèmes d’acidité, de ballonnements et j’ai une digestion normale ! Un miracle ! Je vois s’ouvrir de nouvelles perspectives.

 

Toutefois, mes proches, et plus particulièrement ceux qui n’ont pas de problèmes de digestion n’arrivaient pas toujours à comprendre l’arrêt du gluten. J’essayais de me justifier mais je trouvais peu de réponses à mes questions. Et je me suis dit : il y a quelque chose à faire !

 

Quel est ton quotidien chez Because Gus ?

 

Je me lève, mets un article en une, je réponds aux questions de ma communauté, je cherche des thèmes d’articles. Je m’appuie beaucoup sur ma communauté : elle me nourrit. Je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux. Je travaille aussi avec les marques et les accompagne dans leur stratégie de marketing et de communication.

 

Il y a-t-il des valeurs que tu souhaites véhiculer à travers Because Gus ?

 

Être à l’écoute ! Cela fait déjà avancer les choses d’accorder de l’attention et de l’écoute aux gens. Chez Because Gus, on écoute sans juger. Je n’ai pas envie de tomber dans les travers : « il y a la médecine d’un côté et les médecines alternatives de l’autre ». En matière d’alimentation et de digestion, il faut absolument aller au-delà des fantasmes et faire la part des choses, au delà des émotions.

 

Tu as récemment lancé le baromètre du sans gluten ? Peux-tu nous en dire plus ?

 

Depuis 2015, dès que je parle du sans gluten, on me dit que c’est une niche et que ça représente seulement 1% de la population. Nous avons peu de chiffres. Etant donné que ces chiffres étaient flous, nous avons décidé de créer ce baromètre.

 

Par ailleurs, je connais peu de gens qui abandonnent un plaisir pour des aliments pas forcément meilleurs. La croissance du sans gluten ne peut pas être portée par des gens qui suivent une tendance de temps en temps. Et nous avons voulu prouver cela par des données.

 

Les sans gluten aimeraient bien revenir manger avec tout le monde. Il ne faut pas croire que nous sommes communautaires ou sectaires.

 

 

 

Quelle est ta vision de l’alimentation ?

 

Depuis toujours, je mange très diversifié : beaucoup de fruits et de légumes. Je fais attention à varier les plaisirs. Je découvre beaucoup plus de choses depuis que j’ai arrêté le sans gluten.

 

L’alimentation n’a pas forcément vocation à être quelque chose santé ! J’adore me faire un McDo sans gluten à l’étranger, car ça existe ! Je cuisine beaucoup maison et peu de choses transformées. Je pense qu’il faut un juste milieu et pas de religion en matière d’alimentation.

 

Les 3 lieux sans gluten que tu adores en France ?

 

– La Boulangerie Chambelland dans le 11 ème de Paris
– La Pizzeria la Scuderia del Mulino dans le 18 ème arrondissement de Paris.
– Les viennoiseries de Helmut New Cake

 

Un livre, un film ou une personne qui t’aide et t’inspire au quotidien ?

 

Ma source d’inspiration est mon chat Gus. Il m’a d’ailleurs inspiré le nom « Because Gus ». Parfois, j’aimerai avoir sa vie : dormir, manger et ronronner. Son rythme de vie est inspirant !

 


READ EAT

Afficher les boutons
Masquer les boutons