L’huile de friture et les troubles intestinaux

 

Parlons un peu d’histoire : la première mention de la frite en France remonte à 1794 dans le livre de recettes de Madame Mérigot, une cuisinière française. A cette époque, la friture est rarissime : la graisse est un luxe et le beurre coûte cher.

 

Dans les années 1960, la friture se popularise avec l’arrivée des fast food et l’accès généralisé à l’électroménager.

 

Les aliments frits dans l’huile végétale sont aujourd’hui populaires dans le monde entier mais les recherches scientifiques n’ont jamais trouvé de vertus à ce mode de cuisson. Des scientifiques de l’Université d’Amherts dans le Massachusetts ont ainsi entrepris d’examiner l’impact de l’huile de friture sur les maladies inflammatoires de l’intestin et le cancer du côlon en utilisant des modèles animaux.

 

Ainsi, cette équipe de scientifique a démontré que le fait de nourrir les souris avec de l’huile de friture augmentait l’inflammation colique, exacerbait la croissance tumorale et aggravait le syndrome de l’intestin irritable.

 

Une combinaison d’huile de friture et d’huile fraiche a été ajoutée au régime alimentaire en poudre d’un groupe de souris afin d’essayer « d’imiter le régime alimentaire de l’être humain ». Les chercheurs ont constaté que ce régime aggravait tous les troubles intestinaux.

 

Selon les chercheurs, ce serait à cause des composés polaires qui se créent lors de la montée en température :  les acides gras libres, les mono et di-glycérides, les dimères et trimères de triglycérides (appelés polymères de triglycérides), ainsi que d’autres substances polaires oxydées (acides gras oxydés, triglycérides oxydés, etc.).

 

Avec beaucoup de finesse, le groupe de chercheurs suggère à tous ceux qui ont un trouble de l’intestin de réduire leur consommation de friture : « c’est probablement une bonne idée de manger moins de friture ».

 

Source

 

 


READ EAT

Afficher les boutons
Masquer les boutons