Et si on co-créait un vrai clean label ?

 

Afin de répondre aux attentes des consommateurs pour plus de transparence et de clarté dans l’étiquetage alimentaire, beaucoup d’entreprises d’agroalimentaires ont repensé leurs produits afin de les rendre plus naturels, plus sains moins transformés et ont réduit drastiquement leur listes d’ingrédients.

 

Sodebo, par exemple, souhaitent créer des produits avec 5 ingrédients maximum et sans aucun additif, comme en témoigne cet article de LSA Conso.

 

Cette tendance, qui est encore à sa genèse, est parfois appelé « Clean Label » par certains industriels et a un fort impact marketing. Selon Clean Foodie qui crée des produits dans une démarche Clean Label, éthique et durable, « le Clean Label repose sur certains principes clés :

 

-Réduire les allergènes et additifs.

 

-Réduire le nombre d’ingrédients utilisés.

 

-Remplacer des ingrédients artificiels par des produits naturels.

 

-Utiliser des termes clairs sur l’étiquetage pour rassurer le consommateur. »

 

Toutefois, le Clean Label n’est ni défini, ni réglementé par la législation alimentaire de l’Union Européenne. Le Clean Label est par ailleurs assez difficile à définir car un aliment « clean » pour une personne ne le sera pas pour une autre.

 

Par ailleurs, le clean label peut être utilisé de façon abusive. Par exemple, apposer « sans additif, sans conservateur et sans sucres ajoutés » sur un jus de fruits est abusif car l’Union Européenne interdit les additifs et ajouts de sucres pour avoir la dénomination « jus de fruits ».

 

Le Clean Label est un concept qui a donc été créé à des fins marketing et qui n’a pas été soumis ou co-imaginé par les citoyens. Est-ce que les principes clés cités au-dessus suffisent à votre sens ? Le clean label pourrait-il être appliqué à d’autres secteurs que l’agroalimentaire (peut être dans la restauration ?).

 

L’application Scan’up permet d’obtenir cette transparence sur nos produits alimentaires avec notamment le degré de transformation ou bien le score « nutri-score ».

 

Le score « nutri-score » diffère du clean label car très encadré par l’Union Européenne. Conçu pour rendre plus lisible et compréhensible l’étiquetage nutritionnel, le nutri-score prend en compte les nutriments et aliments à favoriser ainsi que les nutriments à éviter pour créer une note de 1 à 100 matérialisé par des lettres et couleurs.

 

 

Il est pour le moment facultatif en Europe et peine à se développer dans les rayons.

 

Ainsi, le renforcement du Clean Label serait un moyen efficace d’améliorer la transparence alimentaire.

 

Ensemble, trouvons des solutions adaptés et co-imaginons le label du futur.

 

Source


READ EAT

Afficher les boutons
Masquer les boutons