Comment la popote de grand-mère est devenue tendance ?

 

Fermez les yeux et repensez à votre enfance. L’une des premières choses qui vous vient à l’esprit est sans doute les plats savoureux et simples que votre grand-mère préparait dans la cuisine. Vous vous souvenez probablement de ces délicieuses odeurs qui sortaient de la marmite et parfumaient subtilement toute la maison.

 

La cuisine de mamie, c’est d’abord des plats copieux et conviviaux qui ont été peu à peu délaissés par l’industrialisation de la cuisine, l’émergence du restaurant et la soif d’exotisme. Alors le gratin dauphinois va-t-il remplacer le bo bun du midi ?

 

Il semblerait qu’il y ait actuellement un changement de paradigme. En effet, dans notre quête constante d’authenticité, la popote de mamie occupe une place de choix. Cette tendance de la cuisine familiale se retrouve également au restaurant : par exemple, à Paris, le concept Mamie Bistrot s’est construit autour de sa proximité des clients, de sa cuisine copieuse faite maison et compte aujourd’hui 4 restaurants dans la Capitale. Mam’Ayoka, restaurant traiteur solidaire et écoresponsable dans l’est parisien met en avant les talents culinaires de femmes éloignées de l’emploi et propose une carte très restreinte et une cuisine maison et de qualité.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mamie (Mamie Burger) (@mamierestaurants) le

Dans son concept « Mamie », le célèbre chef Jean Imbert n’hésite pas à mettre en avant des plats français traditionnels de sa grand-mère. Plus qu’un concept culinaire, Jean Imbert met en avant sa mamie dans sa communication et en a fait un véritable attrait marketing.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mamie (@mamie) le

 

Sur Instagram également, on compte pléthore de comptes mettant en avant la cuisine de mamie. Le compte mamifoodie par exemple met à l’honneur la cuisine de grand-mère (et de grand-père).

 

A travers le monde, de nombreux restaurants foncent sur cette nouvelle tendance : le fait maison, l’authenticité, le souvenir de la cuisine d’antan.

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mamie Foodie (@mamiefoodie) le

 

Face à une mondialisation effrénée et une surabondance d’offre de restauration, une perte d’identité culinaire se profile. Les repas de mamie sont un merveilleux moyen de reconnexion au réel. Cuisiner des plats de nos terroirs permet d’utiliser des produits plus locaux. Parce que manger un avocado toast en hiver c’est sympa, mais une soupe à l’oignon c’est quand même plus écolo et super bon !

 

Par ailleurs, les plats de mamie sont souvent cuisinés à partir de produits bruts : ainsi, inutile de dépenser tous ces deniers pour concocter un bon petit plat.

 

Sans oublier la santé ! Cuisiner maison, c’est aussi consommer moins de plats préparés industriels. Or, ces plats ne sont pas toujours copains avec notre santé et contiennent souvent trop additifs, de sel, de sucre, des colorants et favorisent les maladies.

L’Homme s’accommode de son en environnement depuis des générations. Récemment, de nouveaux aliments ont été intégrés à une vitesse importante dans notre alimentation et a très probablement favorisé des dysfonctionnements tels que les allergies et les intolérances alimentaires. Alors mangeons de le blanquette ! Enfin, pas trop quand même, car soulignons le, la popote de mamie est souvent pleine d’huile, de beurre ou de sucre.

 

MAKE THE KITCHEN OF MAMIE GREAT AGAIN !


READ EAT

Afficher les boutons
Masquer les boutons